La Tech et le Design savent aussi être goodgoods

MAXIMUM - Les Chutes de Mobilier en Série Font des Petits

MAXIMUM - Les Chutes de Mobilier en Série Font des Petits
Fondation sur chutes
 
 
Crédits @MAXIMUM au Palais de Tokyo

 

Vouloir changer les choses, c’est d’abord changer de point de vue. *

 

La manière dont on perçoit une chaise, par exemple, varie selon qu’on l’expérimente :

  1. Depuis notre fessier : proprioception et pleine conscience de l’assise à son aise 

  2. Depuis l’angle du salon : quand elle croule sous les fringues et les papiers où se trouve la paire de clefs qu’on cherche, de préférence le matin à la méga-bourre

Dans un cas on l’adore, dans un autre on la maudit. Profitable ou tout à fait nuisible. 

Armand et Basile ont plus d’imagination que moi pour reconsidérer l’utilité des objets, plus précisément celle des chutes industrielles.  
C’est en changeant de point de vue qu’ils ont fondé Maximum©

Crédits photo @MAXIMUM


Maximum est une manufacture de re-création. 

Maximum fabrique du mobilier design à partir de déchets de meubles industriels produits en série. 
Cette entreprise d’Ivry-sur-Seine est partenaire de grands noms d’usines françaises (vraisemblablement pas celle dont la consonance scandinave concerne 80% des fessiers de ma génération) qui leurs confient des chutes. 
Son concept est le suivant : optimiser la dimension sérielle des rejets industriels systématiques, conséquence inévitable de la transformation. Évitant ainsi une production de déchets encombrante et coûteuse à détruire. 

Ils exploitent les possibilités de la matière déjà transformée pour fabriquer des objets sans compromis.  Leurs contrats sont établis sans frais pour leurs partenaires qui s’affranchissent ainsi des frais de recyclage.

Ils valorisent leurs produits et expriment leur engagement pour un monde plus sain**

 
Crédits photo @MAXIMUM 

 

Consommer différemment ne signifie ni consommer triste, ni arrêter de consommer, si l’on sait changer de paradigme.

 

Chez Maximum, le déchet-contrainte devient opportunité, il préserve sa technicité première et se réadapte en alliant innovation et savoir-faire artisanal.  La chute est en soi un semi-produit, sans extraire de matières premières. Elle est elle-même produite en série et repart chez eux pour un tour de vie design.   

Changer de point de vue, considérer les 350 millions de tonnes de déchets jetés chaque année dans les bennes des usines françaises comme autant d’opportunités de construire sur des chutes. 

Bouger ses fesses en changeant de chaise. 

LES BEAUX OBJETS CHEZ MAXIMUM, C’EST PAR ICI POUR LEUR ACTU
LE SITE SE REFAIT UNE BEAUTÉ

 

Crédits photo @MAXIMUM

TABLE CLAVEX 68.0 
Plateau provenant d’une cloison de labyrinthe artistique non re-découpable 
Armature issue d’échafaudages reconditionnés
Peinture en poudre d’époxy mélangées récupérées, mélange de couleurs unique

Crédits photo @MAXIMUM

CHAISE GRÂVEX 7.5
Récupération de couleurs mélangées « polluées » fusionnées à des chutes de plastique, ensemble moulé en une assise.
Pied en chêne massif usiné à la main, issus de parquets anciens nobles

 * Jean Bertrand Pontalis
** À propos - Maximum