La Tech et le Design savent aussi être goodgoods

Trier Ses Produits De Beauté

Trier Ses Produits De Beauté
Trier Ses Produits De Beauté

Petites causes cosmétiques aux grands effets écologiques, on accumule chaque année des tas de produits de beauté dont ne sait que faire mais qu’on ne sait pas non plus jeter. 

 
Choisis ton scénario : 

CE QUI DEVAIT SE PASSER

A - 19h22, tu te rues à Monoprix pour trouver le rouge à lèvres de Gigi qui transformera ton date. Un carmin mat fatal pour bouche aiguisée dans l’espoir de faire blêmir le bellâtre avant le plat principal - la publicité te l’a juré.
B - 12 juin, prémices d’été. Ta carte encore pleine de séances de boxes à dépenser se moque de ton postérieur qui a regardé le ring depuis son canapé. 10 jours avant Punta Cana, TVshopping te convainc de placer 100 deniers dans une gamme de crème anti-capitons. Tu n’en as pas, mais sait-on jamais. 
C - Bientôt bébé. Suite aux conseils de parentsmodèles.fr, vous remplissez le caddie d’huile pour fesses bien hydratées, talc-pour-enfant-parfait et lotion-anti-culpabilité.

LA RÉALITÉ

ALe bellâtre s’est fait jeté, le rouge est au fond d’une boîte à chaussures sous ton évier.
BL’anti-capiton est arrivé après Punta Cana, tu n’as pu être satisfait ou remboursé et l’essai du produit 6 mois plus tard t’a collé un urticaire géant. 
C - Quant à bébé, la nature est bien faite, l’amour a comblé sa peau douce et l’abandon du crémage intensif vous a permis de sauver quelques minutes à vous. 

EN CHIFFRES 

Les ménages dépensent en moyenne 2482 € annuels en « produits de soins et biens personnels » * ** (tout maquillage, toilette, santé, mouchoirs confondus). Le calcul est simple : en routine, on n’utilise que 20% des produits qu’on possède, ce qui veut dire que :

  • les 80% restant s’accumulent quelque part dans ton espace vital 
  • tu jettes environ 1985,6€ annuels par la fenêtre (un deuxième Punta Cana) 
  • c’est autant de plastique emballé/déballé, d’aérosols et de composants chimiques produits pour rien - en dehors de l’argent réinjecté dans la marketo cashmashine - et pour la plupart non recyclés (ton Bristol ci-dessous, patience jeune Padawan).

     

POUR FAIRE DU TRI

N’est pas Marie Kondo qui veut, mais libre à tous de s’en inspirer. La papesse du rangement prône la possession frugale, celle d’objets qui nous rendent fondamentalement heureuxAlors, mise en pratique : le démaquillant juste entamé ou le 3ème aftershave du placard contribuent-ils à ton épanouissement quotidien ? Si oui, tu es hypocrite. Si non, hop ! Ça dégage.

 

PETIT COURS KONDO EN RÉSUMÉ


1 - TOUT SORTIR DE SES PLACARDS

Un dimanche de pluie, dans un grand champ de bataille, pour avoir une vision s’ensemble de ce qui a été accumulé… Et de la (non) value for money. Puis prendre acte du changement. 
Séparer le maquillage du reste, c’est plus simple. 

2 - IDENTIFIER LES PRODUITS PÉRIMÉS / INUTILISABLES

À l’aide du pictogramme sur le flacon indiquant la durée de conservation après ouverture, exprimée en mois : 3M, 6M ou 12M.

À titre informatif :
Un soin du visage ou un écran total : 6 à 9 mois
Une crème pour le corps : 9 à 12 mois
Une poudre (fards, blush…) : 2 à 3 ans
Un rouge à lèvres, un fond de teint crème : 12 à 18 mois
Un vernis : 2 ans
Un mascara : 3 à 6 mois
Les produits bios ont généralement une durée de conservation inférieure aux produits conventionnels.

3 - OPTIMISER ET SÉPARER :
  • Les produits d’usage courant vs usage ponctuel
  • Les produits non adaptés (crème trop grasse ou pas assez hydratante, fond de teint qui une fois appliqué rappelle Trump sous les UV)
  • Les échantillons vs les grands formats 
  • Les produits entamés vs les neufs
  • Les produits aqueux / huileux (crèmes, huiles, make up gras) vs les secs (poudres, fards)

Pour être libératrice, la démarche de tri doit être francheÀ toi de choisir sereinement ce qui amène un petit bonheur quotidien dans ta vie, et ce qui s’accumule comme les promotions dans tes mails. Dégage les parasites de l’espace vital de salle de bain, c'est autant d’espace mental disponible pour ta boite crânienne.  

4 - GARDER PAR CATÉGORIE

Visage : un de chaque sérum/crème/contour/masque, deux pour certains qui se consomment vite (démaquillants).
Corps : idem. Une crème pour le corps, une pour les mains, une pour les pieds, une huile...
Cheveux : deux shampooings et deux après-shampooings pour pouvoir alterner.
Maquillage : un fond de teint préférentiellement minéral, moins transformé, se conservant plus longtemps, un anti-cerne, etc …

En se posant les questions suivantes :

Ai-je utilisé ce produit au moins une fois dans les six derniers mois ou dans l’année ?
Ai-je du plaisir à m’en servir ?
Est-ce qu’il me met en valeur ?
Est-ce que je le garde « au cas où » ?
Ai-je des scrupules à m’en séparer ?

Une réponse hésitante est le témoin d’une séparation utile.

 

5 - RÉPÉTER RÉGULIÈREMENT LE TRI

 

ET MAINTENANT ? L’INSTANT #GOODGOODS

QUE FAIRE DES PRODUITS ENCORE EN BON ÉTAT DONT ON VEUT SE SÉPARER ?

 

LES PRODUITS NEUFS OU ENTAMÉS

DONNER : à des frères et soeurs, des amis, des inconnus. Pour la dernière option, plusieurs solutions digitales hyper simples

  • L’application de don GEEV qui marche à la géolocalisation partout en France et via des groupes Facebook pour les toutes villes. Il suffit de renseigner l’objet et le lieu de récupération, les objets sont réservés jusqu’à leur acquisition
  • Le site Tout Donner ou Récup.net

DÉTOURNER/UPCYCLER : Merlin le recycleur, tu connais ? C’est bientôt toi. Par ici sur la chaîne de la boutique Consoglobe.

JETER, mais bien jeter :

 
REVENDRE : pour récupérer tes deniers... Et repartir à Punta Cana.

- Sur Beauté Futée 
- Sur Vinted Beauté
- Sur Vide Dressing 

 

LES BONNES MANIÈRES À PERPÉTUER 

 

  • Éviter les doublons sous la pression des bannière pub
  • Dire non aux échantillons qui contiennent plus de plastique que de crème. De plus en plus d’hôtels  proposent des grands flacons à disposition dans les salle de bain, pour limiter leur impact
  • Utiliser les échantillons accumulés lors des voyages
  • Refuser les Box d’essai, cauchemar écologique par excellence. En considérant raisonnablement qu’un kit générique pour 150 K de nanas ne peut pas nous être adapté 
  • Comme pour les vêtements, ne pas acheter sur un coup de tête, de coeur, de déprime. La satisfaction dure le temps de l’achat, le produit est inadapté dans 90% des cas, autant de deniers à garder pour partager des expériences plutôt que d’accumuler des achats (noêl)
  • Finir ses produits, au maximum : convertir une crème visage trop grasse en crème pour les mains, booster un vernis sec avec une goutte d’huile de ricin
  • Acheter des produits rechargeables, pour le désamour des emballages. Pour chaque produit jetable, il existe une alternative durable et réutilisable.


LES 5 RÈGLES D’UN QUOTIDIEN ZÉRO DÉCHET

1 - Refuser ce dont on n’a pas besoin 
2 - Réduire ce dont on a besoin et qu’on ne peut pas refuser 
3 - Réutiliser ce qu’on ne peut ni refuser, ni réduire
4 - Trier pour recycler ce qu’on ne peut ni refuser, ni réduire, ni réutiliser
5 - Composter ce qui peut l’être, et favoriser pour ça les cosmétiques organiques et biodégradables
6 - Acheter organique (qui se décompose sans heurts) et local, chez Nominoë (cosmétique bio bretonne), Pachamamaï, ou Beauty Garden

LES ADRESSES ZÉRO-DÉCHETS

Amiens 
Angers
Marseille
Lille
Nancy
Nantes
Nice
Paris
Strasbourg
Toulouse 

 

* INSEE
** MARIE FRANCE BEAUTÉ