Green Sex

Green Sex
Qu’en pensez-vous ?

 

Green Sex

Une mise en lumière de la sexualité durable.

Par Mikaël Acourt

 

Dans la tradition des lectures estivales, Thegoodgoods sort l’immanquable article de l’été sur la sexualité. Mais comme à notre habitude, nous allons le faire différemment. Ici, pas de conseils pour vous épanouir sexuellement ni sauver votre couple par un questionnaire miracle. Ce qu’on va faire par contre c’est vous dire comment continuer à faire l’amour tout en sauvant la planète. Préservatifs, jouets, protections féminines ; que vous soyez en terrasse, à la plage ou sous une clim, thegoodgoods.fr vous donne les bonnes pratiques pour une approche de la sexualité durable à adopter dès cet été ! 

 

condom egypte antique XIXe dynatsie

On ne compte plus le nombre de pratiques quotidiennes qui influent sur notre environnement, - entendez malheureusement au sens négatif du terme -. Et parmi elles, une des plus naturelles et des plus anciennes : la sexualité (au sens large). Dans cet article, il n’est pas question de prôner l’abstinence comme geste durable. On cherche plutôt à mettre en lumière les initiatives de toutes ces nouvelles marques qui s’inscrivent dans une démarche responsable, durable, vegan et développent de vraies alternatives, pour prolonger les plaisirs et gérer les impondérables biologiques. Pourtant l’idée de fabriquer des préservatifs avec des matériaux naturels n’est pas nouvelle, pour ne pas dire millénaire. 

L’ART DE LA GUERRE


Car oui la contraception n’est pas apparue avec Skyn et Durex. Depuis des millénaires, les hommes et les femmes se sont protégés lors de leurs rapports sexuels, pour des raisons contraceptives et/ou pour éviter la transmission de maladies. Les égyptiens n’ont pas inventé le latex, mais ils faisaient déjà usage de préservatifs comme en atteste une statuette datée d’il y a 6000 ans ; on y voit un homme muni d’un capuchon bien placé. L’Histoire montre comment les différentes civilisations aux quatre coins du monde ont inventé et développé des procédés contraceptifs, chacun à leur façon et depuis toujours. 

egypt03.gif.pagespeed.ce.8dwp5UAG1j

En Europe, ce sont les vessies ou les intestins d’animaux qui sont utilisés, dès les premières années de notre ère. Dans les pays asiatiques, on retrouve l’utilisation de papier de soie en Chine et de carapaces de tortues au Japon. Chacun sa technique mais un dessein commun. 

Le préservatif va peu à peu se développer, s’industrialiser et les sources de matériaux vont se diversifier : vessies de poissons, cuir, cornes... À la fin du 19ème siècle cet « accessoire sexuel » se commercialise, le marché se structure en offre et demande. Mais ce ne sera qu’au 20ème siècle, avec la libération des moeurs, la révolution féminine et sexuelle que la contraception - et le préservatif en chef de file - connaitra définitivement son avènement. 1961, Durex lance le premier préservatif en latex lubrifié, une matière dérivée du pétrole et cousine du plastique, qui ne tardera pas à envahir la planète en quelques décennies. 

6129c5073a7a6e8551d6a467092ffd1e

En 2015, ce sont 27 milliards de préservatifs qui ont été produits et vendus dans le monde. Autant de vies protégées, mais aussi autant de déchets non biodégradables qui finissent dans la nature. C’est aujourd’hui le moyen de contraception le plus sur et le plus utilisé… autant qu’il est polluant. 

DES PRÉSERVATIFS QUI PRÉSERVENT L’ENVIRONNEMENT

La première marque à se lancer dans la capote écologique, c’est la marque Fair Trade, qui a aujourd’hui largement diversifié son catalogue pour développer toute une gamme de cosmétique vegan et respectueux des animaux et de l’environnement. FairTrade fabrique ses préservatifs à partir de caoutchouc issu du commerce équitable en Inde. La légende raconte même que ces préservatifs sont compostables.

fair squared ultrathin kondome vegan 10er 4719647 375pxfair squared original kondome vegan 10er 4719646 375px

Fair Squared

 

À Berlin, on trouve le trublion Einhorn. En plus de proposer des produits vegan et non testés sur les animaux, Einhorn c’est aussi un univers visuel décalé et très identifiable, clairement inspiré de Roy Lichtenstein, un des papes du pop-art américain. 

Screenshot 2019 07 15 at 14.49.42

Einhorn sur Insta

Screenshot 2019 07 15 at 14.49.47

Pop Corn Anyone ?

 

Vous pouvez aussi essayer les produits de la jeune marque suisse Green Condom Club :

Capture decran 2019 07 31 a 09.37.56

Green Condom Club

Ainsi que la marque australienne Glyde a toutes les certifications des produits vegan et écologiques !

10x10 maxi export

Glyde

 

DES ALTERNATIVES AUX ANNEXES

Si le préservatif est le premier à être pointé du doigt de part son utilisation très répandue, le marché de la sexualité vegan et durable s’est aussi attaché à proposer des alternatives à d’autres objets à l’instar de lubrifiants et des sextoys. Ces objets, habituellement fabriqués à partir de produits chimiques, comportent des perturbateurs endocriniens au même titre que les préservatifs, et entrent en contact direct avec le corps sur des zones qu’on pourra qualifier de sensibles. D’ailleurs Greenpeace avait déjà écrit un rapport pour alerter des dangers en 2006. On vous laisse en tirer les conclusions. 

Dans le rayon sextoys, nous trouvons la marque Organic Loven qui propose tout un panel de produits sextoys et lubrifiants. 

VAxZjmpe

Organic Loven

 

Vous pouvez jeter un oeil aussi sur le site de Lelo, une marque suédoise qui aborde le marché des accessoires de luxe, mais bien sur durable. 

lelo2520valentines2520day2520sale

Lelo

 

VOUS POUVEZ MAINTENANT MÉLANGER LES TAMPONS & LES SERVIETTES

 

Il parait que le sujet est encore un peu tabou, mais nous allons quand même en parler. Cette vague sustainable concerne aussi comment se protéger… lors des cycles menstruels. 
Fact : au cours de sa vie, une femme jete entre 100 et 150 kilos de serviettes, tampons et autres ; des objets composés de produits toxiques et non biodégradables qui finissent encore à une fois à la poubelle et/ou dans la nature. Bref, au même titre que les préservatifs, c’est une pollution régulière due encore à une fois à une cause pourtant complètement naturelle. 
Des marques se sont engagées pour créer des objets réutilisables et fabriqués à partir de matières naturelles. Il en existe de toutes sortes, pour choisir celui qui convient le mieux. C’est là encore une révolution pour les femmes de notre génération qui n’ont jamais entendu parlé d’autres alternatives que celle du Tampax acheté en supermarché. 


Parmi tous les nouveaux accessoires mis sur le marché, la Cup semble faire office de chef de file, appréciée par les femmes, et lancée par déjà beaucoup de marques, notamment Einhorn dont nous avons déjà parlé pour les préservatifs. 
Pour info, Eirnhon a aussi créé des lingettes 100% biodégradables

FairTrade quant à eux proposent également des accessoires :

eh Papperlacup klein web weiss 1
Fair Squared

Loin d’être une solution tampon, voilà la parfaite illustration des « petits geste du quotidien » qui changent finalement pas mal de choses. 

EN CONCLUSION !

 

Je me dois tout d’abord de démarrer cette conclusion par un simple rappel : durable ou non, la seule et unique pratique qui compte d’abord c’est de se protéger. Une fois que ceci est dit, la deuxième conclusion de cet article est que quitte à utiliser régulièrement tous cette panoplie d’accessoires liés aux sexes et à la sexualité, autant le faire d’une façon durable. De nombreuses solutions existent aujourd’hui et sont adaptées et accessibles, loin du cliché de la feuille des platane attachée par deux bouts de ficelles. Préservatifs, tampons, sextoys, faisons durer notre sexualité. Et si certains d’entre vous ont des petits conseils qui nous auraient échappé, on les attend en commentaires !

Dis quelque chose ici...
Vous êtes un invité ( S'inscrire ? )
ou poster en tant qu'invité
Chargement du commentaire... Le commentaire sera rafraîchi après 00:00.

Soyez le premier à commenter.