La Tech et le Design savent aussi être goodgoods

Moscou - Un Cityguide Qui Prend Son Temps

Moscou - Un Cityguide Qui Prend Son Temps

Les étoiles reparaissaient ensuite peu à peu, reprenant leur place comme si une main soigneuse les eût rajustées au firmament.

Léon Tolstoï - Anna Karenine.

Quand la profusion médiatique ne satisfait plus l'imagination, l'inspiration est dans la littérature.

En reprenant la lecture d'Anna Karénine - la "reprise" désignant la découverte, mon premier contact avec le livre étant réduit à un résumé Profil® au lycée - je rêve de grandeurs moscovites.

Moscou n'est pas la ville à laquelle on pense pour une escapade de quelques jours, encore moins en été, car on l'imagine parée à l'année d'une robe de neige sur chape de béton, les bulbes colorés de la cathédrale Saint-Basile pour phares de gaité dans un décor brut... Bien qu'on en conçoive le haut potentiel instagramable, on court plutôt à Formentera.

Pourtant Les nuits blanches de Dostoïevski relatent ces journées de 20 heures en été où le soleil se couche à peine, où la température avoisine des 32 degrés, où les berges du Moskva se remplissent de beautés slaves bronzant jusqu'à l'heure d'un ballet au Bolshoï.

Pour la beauté de cette ville et la grandeur d'âme des habitants, je rends ma plume numérique et mes fausses envolées littéraires pour remettre à Léon le soin du descriptif, à vous de le dévorer.

Pour les petites adresses, bénissons la profusion médiatique décriée plus haut pour en faire une source d'idées en vue de longues journées et de courtes nuits pour approcher l'esthétique slave qui relève de l'art.

Le Kremlin, la place rouge ou encore Basile-le-Bienheureux sont à saluer, leurs secrets décortiqués avec l'aide du guide Galya.

Certes, le mythique Café Pouchkine est un classique discret loin des hordes touristiques qui confluent devant Angelina. La gourmandise du chocolat chaud est en soi une happiness therapy. Mais pour une expérience locale et le plaisir des produits de proximité, LavkaLavka est une découverte riche: coopérative de fermiers de petites et moyennes productions issues des différentes provinces russes. 7 fuseaux horaires de produits frais, naturels, dont les OGM sont banis et les saisons de culture respectées. 

L'ancienne ballerine Galina Oulanova invite les initiés -sur demande et réservation- à visiter très confidentiellement son appartement-musée, dont la vue s'offre à 180 degrés sur la générosité architecturale de la ville.

Repu des merveilles de la Galerie Tretiakov, la Galerie de Photographie des Frères Lumière -Fotogalereya im. bratyev Lyumyer permet de toucher du doigt le talent russe contemporain dont certains ont reçu la grandeur de leurs maîtres.

À quelques pas, le spot underground de Krasny Oktyabr est une ancienne chocolaterie industrielle désaffectée, réhabilitée en village où s'égrènenent cafés, shops conceptuels, tatoueurs et petites galeries.

Les grands noms de la littérature slave et les beaux livres d'arts se dénichent au MMOMA artbook shop à côté de chez Fresh, folle petite cantine vegan où Healthy is the new sexy, et d'où on repart rempli de sablés au sarrasin/fraises séchées et smoothies aux baies.

La nuit, les robes se louent à Moscou où l'opéra est une sortie d'exception avec mise en beauté requise. Telle Anna au bal, ni les boucles anglaises ni les gants ne seront de trop pour rêver au balcon du Bolshoï, lorgnettes en mains pour reluquer sopranos et ténors se renvoyer l'écho. Le champagne se boit glacé à 23 heures, dans le bar caché Mendeleev, juste avant le dîner chez Gusyatnikoff à minuit. Car si c'est leur faire affront de dire que les moscovites vivent à la new-yorkaise, force est de constater que cette ville ne dort jamais.

Si on finit la nuit par un verre tardif ou qu’on prend un petit déjeuner à l'aurore, le quartier de Kitaï-Gorod est une succession de bars et de petits cafés. En bonus un grand parc où déambuler, son amant ou son roman à la main. Un Léon pour un autre (il est possible de confondre alors les deux).

La journée chill suivante est pourquoi pas dédiée à soi, dans l'immersion familiale moscovite d'une bania, où le marbre froid des murs contraste avec le bois brûlant du sauna. Frictions des corps en cadences avec les massages toniques des branches de bouleaux sur peaux nues. Un tatouage éphémère par quelques grammes de la magie moscovite que l'on commence à apprivoiser, avant de vouloir inévitablement, y revenir.

Bar caché - The Mendeleev Bar (20/1 Ulitsa Petrovka, +7-495-625-3385)

Théâtre du Bolshoï - Theatre Square, 1, Moscow, 125009

Fresh - ulista Bolshaya Dmitrovka, 11, Moscow

Les bains de Sanduny ул. Неглинная, 14/3-7, Moscow, 107031 8 (495) 625-46-31

Lorgnettes Art Déco en Onyx - MS Raw Antics 

 Anna Karenine - Léon Tolstoï, Roman Vintage