Des vêtements responsables, habillent le langage corporel de styles bavards

ESPADRILLES - Wear and Walk the Ground

ESPADRILLES - Wear and Walk the Ground

Wear and walk the ground

Crédits @ANGARDE

« Au classement des utopies, caresser la croûte d’un maroilles odorant est aujourd’hui bien plus valorisant que de mettre la dernière main à un PowerPoint que personne ne lira»*

Quel rapport y-a-t-il entre le digital et le travail manuel? 
Un rapport d’opposition. 
Le premier comprime le temps, le second le prends. 
Le premier stimule l’esprit, l’autre exploite les sens. 

Interrogeons donc notre propre rapport à la matière: contrairement au digital, quand a t’on mis la main à la pâte pour la dernière fois? À la terre, au bois, au fil à coudre ou à tisser? 

Il y a fort longtemps, et l’overdose numérique semble nous ramener à nos fondamentaux. 
On troque nos bacs +5 pour les métiers de l’artisanat. On zoome sur les étiquettes dans les supermarchés à la traque des additifs chimiques
On s’enquièrent de savoir ce qui constitue ce que l’on porte, on veut décomposer la matière
L’exemple de la chaussure, si nous zoomons sur elle. Il en est peu dont on puisse identifier le substrat au premier coup d’oeil.
Les espadrilles font partie de ces exceptions. Ce modèle a 4000 ans
Décomposons: 

  • une semelle de corde tressée, secondairement doublée de caoutchouc au départ issu de pneus de voitures recyclés pendant la guerre d’Espagne**

  • une toile de lin ou de chanvre

C’est à peu près tout, mais sa réalisation requiert du temps, un savoir-faire incompressible en octets. Et c'est la capture de cette temporalité qui constitue la valeur même du produit, le savoir-travailler la matière qui nous manque.

Les Maisons présentées ci-dessous ont choisi de préserver la tradition en optimisant son potentiel.
Chacune d’entre-elles allie l’éphémère et l’Histoire en utilisant l’outil digital pour faire renaître l’artisanat de métier à sa source.

Crédits photo Style M @LEMONDE

La vigatane (prononcer "bigatane") est un modèle repris selon l'art d'une Maison de tradition catalane chez DE TOUJOURSenseigne qui propose exclusivement des pièces cultes à l'origine de celles que les créateurs déclinent, à la faveur des fashion weeks. Jamais de faux-pas, on en parle ici dans L'HUMAIN.

L'ATELIER ALIENOR vend des espadrilles cousues-main avec des matériaux nobles, fabriquées en petites séries selon des procédés respectueux de l’environnement.

LEO - LES ESPADRILLES ORIGINALES fait fabriquer ses modèles à la main en Espagne, empiécés et ornés à l'aide de matériaux nobles. 

ANGARDE dessine ses souliers à Paris et les fait produire en Espagne dans une entreprise familiale ayant plus de 25 ans de savoir-faire. Les toiles, cuirs, soies et autres matières proviennent de grands ateliers espagnols, italiens ou français.

Exceller dans l’instantanéité et valoriser ce qui prend du temps, la clef de voûte du XXIème siècle?
Un rapport d’opposition n’est pas nécessairement un rapport de force.  

C’est dans la contradiction que nous sommes féconds

 -Jules Renard -

User de l’un pour outiller l’autre, fort d’avoir constaté que l’outil peut toujours se déconnecter mais qu’on ne dissocie pas la main du coeur. 

Plus simple qu’une heure à méditer, à nous d'avoir la pleine conscience de l'objet bien fait, à faire vivre dans la durée. Une pièce artisanale est un cadeau qui résiste au temps qui nous échappe. 

 

ATELIER ALIENOR
 

 

LEO - LES ESPADRILLES ORIGINALES
 

ANGARDE

 

DE TOUJOURS - La vigatane

 * Nicolas Santolaria  - Le MondeLa ruée des bac+5 sur les métiers de l'Artisanat
** Isabelle Crampes,  De toujours